Vous êtes ici

Margo LaPierre reçoit la bourse d'études Claudette-Upton 2019

Une poétesse trouve qu'il est magique de cultiver les mots écrits

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Toronto, le 10 juin 2019 – L'Association canadienne des réviseurs (Réviseurs Canada) a annoncé que Margo LaPierre, de Russell, en Ontario, est la lauréate de la bourse d'études Claudette-Upton 2019.

Ce prix sera remis le 8 juin au banquet d'honneur lors du congrès du 40e anniversaire de Réviseurs Canada qui se tiendra à Halifax. Cette bourse de 1000 $ en argent a pour but de soutenir le perfectionnement professionnel en révision.

Margo LaPierre

Pour Mme LaPierre, l'amour de la langue s'est manifesté dès un jeune âge. « Enfant, la lecture a éclipsé tous mes autres passe-temps, sauf peut-être mes excursions solitaires dans la nature, et j'ai grandi en voulant devenir écrivaine », a-t-elle indiqué. Pendant qu'elle fréquentait l'Université Ryerson pour y obtenir un baccalauréat ès arts en arts et études contemporaines (2013), elle a révisé les dissertations de ses amis. Après quelques mois, ces amis avaient acquis plus d'assurance dans leurs écrits.

« C'est très satisfaisant de voir que chacune de leurs dissertations était supérieure à la précédente, a-t-elle dit. Je voulais devenir réviseure depuis l'école secondaire, mais je ne voyais pas comment le faire avant d'avoir d'abord été écrivaine. »

Après avoir obtenu son diplôme, Mme LaPierre a enseigné l'anglais à Taïwan avant que Guernica Editions publie son premier livre de poésie, Washing Off the Raccoon Eyes, en 2017. Son expérience de travail avec sa réviseure, Elana Wolff, l'a amenée à s'inscrire au programme de certificat en édition de l'Université Ryerson et à devenir réviseure professionnelle. Elle reconnaît également le rôle que Guenica Editions a joué dans le démarrage de sa carrière en révision, d'abord en l'embauchant comme stagiaire en publicité, puis comme réviseure pour les œuvres de fiction après l'obtention de son certificat.

« Mon expérience à la fois comme auteure et réviseure peut avoir contribué à ma capacité de comprendre que ma perspective en tant que réviseure n'est qu'une des nombreuses facettes, a-t-elle indiqué. Il y a aussi une poésie dans la révision : le réviseur attire l'attention sur des voies possibles dans la narration et l'auteur crée des choix qui s'offrent ensuite au lecteur. »

« Je suis certaine que j'ajoute, à l'équation, ma propre sensibilité en tant que poétesse (j'apprécie la concision et la magie). »

Mme LaPierre a récemment quitté son emploi à temps plein pour se concentrer sur sa carrière de réviseure à la pige et sur les occasions d'apprentissage et de réseautage. La bourse lui permettra d'assister au congrès de Réviseurs Canada à Halifax et de présenter une demande comme mentorée au Programme de mentorat John Eerkes-Medrano.

Lorsqu'on lui demande quel est le meilleur conseil qu'elle ait reçu, Mme LaPierre avait ces paroles de sagesse à transmettre à ses collègues étudiants et réviseurs.

Durant mes études de premier cycle à l'Université Ryerson, j'ai suivi le cours de poésie de Hoa Nguyen, qui est une brillante poétesse américaine, et qui m'a conseillé de soumettre mon manuscrit à Guernica, ce que j'ai fait. Ma vie a pris un autre tournant à partir de ce moment-là : d'observatrice de la littérature, je me suis mise à participer au processus de publication. Elle m'a aussi suggéré de trouver un cercle de poètes et d'interagir avec les vivants (et pas seulement avec les mots sur la page). Ce que j'ai fait aussi! J'ai commencé à aller à des scènes ouvertes à Ottawa et à Toronto et à chercher d'autres poètes. Il est remarquable de voir à quel point l'univers de la poésie est ouvert et inspirant ici au Canada et je retrouve la même chose dans le milieu de la révision. Ainsi, le conseil de trouver mes semblables, de trouver un groupe, de trouver une conversation est judicieux.

C'est ma mère qui m'a donné le deuxième conseil, en me disant de ne pas m'inquiéter du temps que ça prendrait pour atteindre mes objectifs, tant que je n'y renonçais pas.

Cette année, le comité de sélection pour la bourse d'études Claudette-Upton se composait de trois réviseures canadiennes respectées : Marie-Claude Hébert (Halifax, Nouvelle-Écosse), traductrice trilingue et réviseure de langue française à la pige, Zofia Laubitz (Montréal, Québec), réviseure et traductrice pigiste et Anne Louise Mahoney (Ottawa, Ontario), réviseure pigiste et présidente sortante de Réviseurs Canada.

 
- 30 -
 

Réviseurs Canada en bref
Remise annuellement, la bouse d'études Claudette-Upton est une bourse offerte à l'échelle nationale qui reconnaît les talents d'un réviseur ou d'une réviseure de la relève. Ce prix a été nommé en mémoire d'une réviseure de grand talent, Claudette Reed Upton-Keeley. Cette amoureuse de la langue de Shakespeare s'est impliquée activement dans de nombreuses œuvres visant la sauvegarde de l'environnement et la justice sociale tout au long de sa vie. Son merveilleux sens de l'humour et son esprit aiguisé restent gravés dans les mémoires.

Il est possible d'obtenir d'autres renseignements sur la bourse d'études Claudette-Upton en consultant le site Web de Réviseurs Canada.

Fondée en 1979, Réviseurs Canada s'est d'abord appelée l'Association canadienne des pigistes de l'édition. Son objectif consiste à promouvoir et à maintenir des normes élevées en révision. En 1994, sa dénomination a été modifiée dans le but de refléter l'élargissement de son champ d'action et d'inclure tous les réviseurs. En tant que seule association nationale de réviseurs au Canada, elle se veut un carrefour pour 1300 membres et affiliés, salariés ou pigistes, qui offrent leurs services aux entreprises, aux gouvernements, aux organismes sans but lucratif et dans le domaine de l'édition. Les programmes et services de perfectionnement professionnel de l'association comprennent l'agrément, un congrès annuel, des ateliers, des webinaires et des occasions de réseautage avec d'autres associations. Réviseurs Canada compte cinq sections régionales : en Colombie-Britannique, en Saskatchewan, à Toronto, à Ottawa-Gatineau et au Québec, ainsi que des sous-sections (appelées ramifications) à Barrie, à Calgary, à Edmonton, au Manitoba, à Kitchener-Waterloo-Guelph, à Hamilton-Halton, à Kingston, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador.

www.reviseurs.ca

Personne-ressource pour les médias
Michelle Ou
Gestionnaire principale des communications
Réviseurs Canada
416 975-1379 / 1 866 226-3348
communications@editors.ca